Bonne année 2013 !

Je vous souhaite à tous une bonne et heureuse année 2013 !

Que cette nouvelle année vous apporte bonheur, santé, joie, amour, travail, argent et encore tout plein de bonnes choses qui vous feront plaisir.

Bien tendrement,

Publicités
par creasandrine Posté dans Divers

Une poupée Tilda que l'on peut habiller – partie 2

Et voici la suite…

…ma poupée Tilda avec des cheveux. La coiffure n’a rien d’extraordinaire, mais je trouve la laine très jolie. C’est un bout de laine que l’on m’a donné il y a des années, et donc, je ne pourrai pas vous dire d’où elle provient. Voici son portrait :

Pour les vêtements, j’ai commencé par lui faire un jupon taille basse. Puis, je lui ai fait la robe tiré du livre « l’atelier de Tilda » de Tone Finnanger.

Et voici le résultat :

Il ne me reste plus qu’à faire les ailes. Je voudrais lui faire aussi un chapeau et un petit sac à main. Eh bien, mes ami(e)s, ce sera pour la prochaine fois…

Une poupée Tilda que l’on peut habiller – partie 1

Bonjour à tous !

Comme j’ai beaucoup aimé la première poupée Tilda que j’ai faite, j’ai décidé d’en faire une autre que je pourrai habiller et déshabiller selon mon gré. Eh oui, je sais, j’ai gardé mon âme de petite fille. Je m’amuse comme je peux dans la vie ! Et puis, je suis sûre qu’il y a bien plus de personnes qu’on ne le pense qui aimeraient en faire autant. Si ! Si ! mais elles ne le diront pas… c’est leur secret !

Donc, pour commencer, j’ai repris le modèle de la poupée Tilda et j’ai refait son corps. Je l’ai décalqué, et je l’ai reporté sur du carton fin, genre boîte de céréales. Je vous présente ci-après les deux schémas du corps et des jambes :

Patron du corps

Patron de la jambe

Le patron du corps mesure 32 cm, et celui de la jambe mesure 36,2 cm. Au final, cela fera une poupée d’environ 64 cm.

Attention : il ne faut pas ajouter 1 cm de couture pour le bas du corps, ainsi que pour le haut de la jambe. J’ai oublié de le préciser sur le patron.

Dès que vous avez découpé le patron dans du carton, pliez votre tissu en deux et reportez avec un crayon le patron du corps et 2 fois les jambes. Découpez le tissu à environ 1 cm du bord. Coudre à la machine sur le trait que vous avez fait, en laissant ouvert le bas du corps et le haut de la jambe. Avec un ciseau, crantez le tissu dans les creux, soient la taille, les dessous de bras et le cou (pour le corps), le genou et les chevilles (pour la jambe). Retournez le tissu ; aidez-vous d’un crayon pour les bras qui sont vraiment étroits. Bourrez avec du bourrage synthétique le corps et les deux jambes. Fermez le corps et les jambes à la machine avec un zigzag.

Attention : pour les genoux, reportez-vous à cet article pour les explications.

Pour assembler les jambes et au corps, faites bien attention de mettre le côté hanche de la jambe à la hanche du corps. Pour m’aider, quand je reporte le patron de la hanche, je met un H sur l’envers pour indiquer que c’est la hanche. Avec des épingles, vous superposez sur 1 cm le haut des jambes sur le bas du corps. Puis, coudre le tout avec un zigzag. Et voilà, le corps est entièrement réalisé.

Pour peindre les yeux, utilisez de la peinture acrylique noire, ou mieux, de la peinture pour tissu qu’on peut fixer au fer à repasser, après séchage évidemment. J’utilise, pour cela, une grosse tête d’épingle. Et pour les joues, j’ai pris un crayon de couleur rouge.

Et voici ma poupée en photo :

DIGITAL CAMERA

 

Dans le prochain article, je vous la montrerai avec ses cheveux et ses habits.

A bientôt !

 

Un porte-monnaie tout simple

Un jour, j’ai voulu faire un petit cadeau à des membres de ma famille, mais très utile aussi. Et Pouf ! L’idée m’est venue de faire un porte-monnaie, car c’est un objet que tout le monde utilise tous les jours.

Eh oui ! Tout le monde a besoin d’aller en ville faire ses courses : acheter sa baguette ou son croissant, son café, le journal du matin, des friandises pour les plus gourmands ou son paquet de cigarette, que sais-je encore ? Donc, le porte-monnaie est un objet vraiment utile quotidiennement.

Pour la forme, je l’ai en fait en demi-lune. Cette courbe le rend très sympathique à l’œil.

Évidemment, le choix du tissu a son importance : un motif original peut suffire à lui-même. Sinon, vous pouvez le customiser comme vous le souhaitez selon votre imagination. Vous pouvez aussi ajouter une bride pour pouvoir l’accrocher à votre porte-clé ou à toute autre chose.

Pour le matériel, il vous faudra du joli tissu et un autre tissu pour la doublure, du velcro, un ciseau de couturière et une machine à coudre.

Voici déjà le patron du porte-monnaie :

Pour commencer, découper le patron du porte-monnaie selon la ligne bleue. Les coutures sont comprises.

Petite astuce : pour les petits patrons, je découpe le patron dans du carton (genre boîte de céréales). Je n’ai plus qu’à poser mon patron sur mon tissu, et de faire un trait autour. Et en plus, il est réutilisable de nombreuses fois.

Découper les 4 morceaux de tissu. Assembler le joli tissu et la doublure envers contre envers, puis faire un zigzag sur tout le pourtour.

Prendre du velcro (ou scratch ou auto-agrippant, selon les termes) de 2 cm de large. Couper une bande de 9 cm de chaque partie : velours et crochet. Et couper chaque bande sur la longueur. Cela vous fait 2 bandes de 9 cm sur 1 cm.

Coudre le velcro avec un zigzag à la machine sur la ligne droite sur l’endroit. Faire de même avec l’autre moitié du porte-monnaie. Retourner sur 1 cm la partie cousue avec le velcro et coudre.

Placer les 2 tissus endroit contre endroit, et coudre en suivant la courbe du tissu. Retourner le tout et c’est fini.

Voici une image du porte-monnaie une fois fini :

Pour ce schéma, j’ai utilisé un motif de tissu Tilda.

 

Fini, le porte-monnaie mesure environ 10,5 cm sur 8 cm.

Un autre escargot Tilda

Eh bien voilà, comme j’aime bien les escargots et que j’ai une amie formidable, j’ai réalisé un autre escargot dans les tons de rouge. Je l’ai davantage customisé : je lui ai mis un joli nœud pour qu’il est plus de classe ; j’ai rajouté 2 coussins avec une belle coccinelle posée dessus, et une fleur en bois pour le côté féminin.

Cet escargot a toujours son regard oblique, vraiment très charmant, et ses petites joues roses adorables.

Les dimensions de l’escargot sont de 21 cm pour la longueur et de 16,5 cm pour la hauteur.

Mon premier escargot Tilda

Bonjour à tous,

Je vous présente aujourd’hui mon premier escargot Tilda que j’ai réalisé en juin 2009 pour la fête des mères.

C’est un escargot qui n’est pas trop difficile à réaliser. La seule difficulté est de coudre à la main la coquille sur le corps de l’escargot. Vous pouvez cacher la couture par du croquet, chose que je n’ai pas faite malheureusement, car cela se voit.

Mais bon, l’ensemble est joli. Je trouve cet escargot vraiment très mignon. Ce qui lui donne le plus de charme, c’est son regard oblique et ses petites joues roses. Trop chou…

De plus, chaque escargot devient unique à partir du moment où on peut le customiser comme on veut : avec des chutes de tissus, des boutons, des nœuds, des rubans, de la dentelle, des fleurs, etc… L’imagination est reine !

Voici le patron amélioré par rapport à l’original, je l’ai fait un peu plus large que prévu pour pouvoir mieux coudre la coquille.

PatronEscargotTildaDonc, voici ci-après le résultat final :

Je précise que les joues ont été faites avec un crayon de couleur.

Les dimensions de l’escargot sont de 21 cm pour la longueur et de 14 cm pour la hauteur.

Cet escargot est vraiment sympathique… Je l’aime beaucoup.

Vivement l’automne !

Ma première poupée Tilda

Passionnée depuis peu par ce que fait Tone Finnanger, j’ai enfin réalisé ma première poupée Tilda.

Au fur et à mesure de sa réalisation, j’ai éprouvé beaucoup de plaisir et j’ai rencontré aussi quelques difficultés tout à fait surmontables.

La première difficulté fut d’arriver à bourrer les bras qui sont extrêmement fins. Pour y arriver, je me suis aidée d’un crayon à papier qui possède une gomme au bout afin que la bourre ne glisse pas.

Et la deuxième difficulté fut de coudre à la main les bras au corps, surtout les premiers points. Après, les points de couture sont plus faciles à exécuter.

Par contre, j’ai fait une modification au niveau des genoux. Pour la pliure des genoux, je n’ai pas fait une couture à plat comme indiqué sur le livre. Quand vous avez fini de bourrer la jambe jusqu’au genou, vous réalisez un « point avant » au niveau de votre repère correspondant au genou, tout le tour du tissu, mais pas à plat. Puis resserrez le fil, faire un nœud. Avec un des brins, faire 2 tours de genoux et refaire un double-nœud. Arrêtez les fils. Et cela fait des genoux beaucoup plus jolis.

Je vous montre ci-dessous le résultat :

Sinon, c’est un ouvrage facile à réaliser.

Bienvenue !

Bonjour tout le monde !

Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Je suis ravie de faire de nouvelles rencontres en ce lieu, et peut-être des amitiés par le biais de la couture, des loisirs créatifs ou de la peinture.

J’espère qu’on passera de bons moments tous ensemble et que je vous apporterai de nouvelles idées.

Je vous laisse à présent avec cette petite présentation :

CreaSand01Cliquez sur l’image ou ci-dessous :

http://www.voki.com/pickup.php?scid=6587599&height=400&width=300

 

Mes oeuvres avec des serviettes en papier

Et voilà, j’ai retrouvé des photos de certaines de mes oeuvres. Vous pouvez décorer beaucoup d’objets avec les serviettes en papier : tableaux en toile, objets en bois, objets en argile…

En voici quelques exemples :

Ici, un petit tableau avec un angelot et des roses, et de la peinture acrylique.

Une tuile que j’ai faite pour la tombe de mon arrière grand-mère, recouverte de vernis pour extérieur.
Je ne conseille pas tellement pour l’extérieur car la peinture acrylique finit par craqueler et les serviettes en papier se décolore. Mais la tuile a quand-même tenue entre 2 et 3 ans.

Et voici un cadeau que j’ai fait pour mon beau-frère : une mangeoire pour les oiseaux. Dans la soucoupe, on met les petites graines. On suspend le tout dans un arbre, si vous avez un jardin, évidemment.

Les mangeoires vues de plus près. A gauche, celle de mon beau-frère, et à droite celle de ma mère.

L’assise d’une de mes chaises s’est cassée. Je l’ai donc refaite avec un morceau de bois, puis je l’ai décorée. Les roses sont des serviettes en papier, et les papillons et les coccinelles sont en papier de découpage Stamperia. Le fond et l’herbe sont peints à la peinture acrylique.

Détail de l’assise de chaise.

Ici, j’ai utilisé un dessous de plat en bois. Il est peint à la peinture acrylique uniquement.